Devoir d’anglais (suite)

23/01/2015

Commentaires (2)

Partagez !

Le 16 décembre 2014, nous avons publié un post intitulé « Devoir d’anglais » que vous pouvez relire en cliquant sur le lien bleu ci-avant.

Voici le témoignage de la maman de l’élève qui a été soumise à cet exercice en classe.

A réception de ce devoir d’anglais, j’ai décidé de réagir très vite. J’ai donc envoyé un courrier au Proviseur de l’établissement pour lui demander un rendez-vous avec la direction, le professeur principal et le professeur d’anglais de ma fille, tout cela au nom de mon engagement à la FAPEC. J’ai dit combien un tel devoir constituait pour nous parents à la fois un manquement au droit de réserve du professeur, une atteinte à l’intégrité morale de l’enfant mais aussi une incitation à pervertir son esprit et son coeur… J’ai ajouté que l’énoncé du devoir serait publié sur le site JRE 2014, site qui dénonce le gender sous toutes ses formes, que ma fille n’effectuerait pas ce devoir et qu’une journée de retrait de l’école locale pourrait être envisagée s’il n’était pas supprimé et avec lui toute séquence sur le sujet.

Voici la réponse qui m’a été faite, toute en hypocrisie :

reponse-lycee

Ensuite nous avons fait parvenir l’intégralité du dossier au maire de notre commune « pour information ».

Ma fille est retournée en cours à la rentrée de janvier 2015 et là non seulement le professeur ne lui a pas demandé le devoir, mais elle s’est engagée également à ne pas le noter ! Il faut dire par ailleurs qu’il aurait été malvenu de sanctionner une élève qui est première de sa classe en 1ère L avec deux ans d’avance…

Vaincre ou Mourir !

Anne Le Bault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Commentaires

  1. Merluche

    Bravo Mme Anne Le Bault, il faudrait que toutes les mères prennent exemple sur vous !!!

  2. Asphodèle

    Félicitations Madame pour votre vigilance et votre détermination !
    Si chacun faisait son devoir ainsi que vous le faites, le projet de ceux qui veulent pervertir nos enfants n’aboutirait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *