Qui joue des tours à la JRE ?
par Farida Belghoul

28/03/2016

Commentaires (20)

Partagez !

chautemps-fb
24 mars 2016 : jeudi saint pour les chrétiens, nous comparaissons Dalila Hassan et moi-même devant le tribunal correctionnel de Tours. Ce procès dura presque 7 heures sur fond de « théorie du genre inexistante »… Quel drôle de hasard décidément : se faire juger à Tours dont le Tribunal de Grande Instance fut le premier à reconnaître « le sexe neutre » en France par jugement en 2015 dans le cas d’un particulier.

La veille,  j’avais donné une longue interview au journal Libération dans le cabinet de mon avocat. Par précaution, l’interview a été intégralement filmée par des membres de la FAPEC. Elle est en notre possession. Nous risquons de la publier prochainement…

7 heures de procès ne se résument pas en une page.

D’emblée, merci du fond du cœur à tous ceux et à toutes celles, chrétiens, musulmans et laïcs, bien plus nombreux que les medias menteurs ne le disent, qui sont venus nous soutenir. Venus de toute la France, ils n’ont pas pu entrer dans le Tribunal investi par les journalistes et les militants de Sud Education. Restés jusqu’au soir à nous attendre dans la rue, ils n’ont pas pu assister au procès. Merci aussi à tous ceux dont le cœur était présent.

Disons en premier lieu que mon avocat avait cité comme témoin Frédéric Augis, l’actuel maire de Joué les Tours élu en mars 2014.

Frédéric Augis avait été élu de justesse. Détrônant le maire socialiste grâce aux voix des quartiers populaires auxquels il avait promis d’empêcher l’introduction du gender mis en oeuvre selon lui dans les écoles de Joué les Tours, à l’école de la Blotterie notamment, celle de l’institutrice plaignante. Cette position du candidat Augis est apparue au cours de sa campagne électorale dans deux documents écrits : un tract diffusé en son nom, mais dont il nie être l’auteur, et une lettre signée de sa main datée du 14 mars 2014.

Dans cette lettre, Frédéric Augis parlait bien « d’abomination » quand il évoqua l’enseignement du gender ajoutant qu’il était bel et bien dispensé dans les écoles publiques de sa ville, et répétons-le, dans celle de la Blotterie. Ces affirmations claires de Frédéric Augis intervenaient bien avant la prétendue « manipulation de la JRE ».

Dalila Hassan employa elle-même le mot « abomination » dans sa vidéo, mais dans un autre contexte : celui de sa participation comme témoin à l’entretien de la maman du petit garçon avec la directrice de l’école de la Blotterie. Elle avait rangé dans le lot des « abominations » le comportement indifférent de la directrice et son refus de convoquer « la maîtresse » afin qu’elle s’explique.

Augis n’est pas mis en examen pour avoir employé ce mot, et dénoncé le gender dans les écoles jocondiennes. Dalila Hassan, oui.

Augis n’est pas prévenu comme complice dans ce procès, Farida Belghoul, oui. 

Pourquoi aucune plainte contre Frédéric Augis pour avoir accusé La Blotterie et les autres écoles publiques de la ville d’enseigner la théorie du genre aux enfants ?

Deuxièmement, je serais donc complice d’une diffamation (alors que le nom de l’institutrice n’est jamais prononcé) pour avoir soi-disant diffusé le 29 mars 2014 une vidéo où Dalila Hassan rend compte de l’entretien de la mère de l’enfant avec la directrice de l’école. Cette vidéo incriminée est toujours présente sur Youtube. Le tribunal m’a reproché de ne pas l’avoir retirée.

De leur côté, les avocats de l’institutrice sans nom prétendent tout de même qu’elle est identifiable. Pourquoi alors ni l’institutrice, ni ses amis, ni Sud Education, ni l’Education Nationale qui la soutiennent n’ont-ils saisi Youtube immédiatement, et une bonne fois pour toutes, pour la faire retirer eux-mêmes?  Cette procédure dite de suppression de contenus indésirables est prévue par Youtube : elle est simple, rapide, et accessible à tous. Pourquoi cette vidéo soi-disant diffamatoire est-elle toujours, deux ans plus tard, diffusée par Youtube ? 

Il faut souligner ici que la responsabilité d’une diffusion sur Youtube incombe à Youtube. Lorsqu’une vidéo est postée sur Youtube, c’est Youtube, et seulement Youtube, qui est le diffuseur qui – de surcroît – contrôle les contenus de ses publications. Pourquoi alors aucune plainte contre Youtube ?

Dans son réquisitoire, le procureur, lui, ne se pose pas cette question. Il se focalise sur le fait que la mère de l’enfant n’aurait jamais porté plainte.

Reconsidérons sereinement cette question. La mère de l’enfant a réitéré maintes fois, dans plusieurs endroits, le récit de son petit garçon : à l’Atsem, à l’hôpital Clocheville où elle a présenté son fils, à ses voisines, à la directrice de l’école… Récits réitérés maintes fois, répétons-le, avant que Dalila Hassan n’intervienne. Et bien avant mon arrivée à Joué les Tours.

La mère a également répété son récit au commissariat de Tours où elle a bel et bien porté plainte, comme le rapporte un article de la Nouvelle République (qu’on ne peut soupçonner de sympathie pour les JRE ). Cet article, daté du 4 avril 2014, intitulé  » La mère du petit garçon maintient ses accusations  » mentionne que celle-ci s’est présentée la veille pour porter plainte au commissariat de Tours.

C’était sa troisième tentative. Le procureur se trompe donc quand il dit que celle-ci n’a jamais porté plainte. La Nouvelle République dit exactement le contraire :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/04/04/Joue-les-Tours-la-maman-du-petit-garcon-maintient-ses-accusations-1858304

Il faut savoir également qu’elle avait déjà rédigé une lettre de sa main destinée au procureur de la République après que le commissariat de Tours eût refusé à deux reprises d’enregistrer sa plainte.

J’ai moi-même accompagné cette femme à trois reprises au commissariat. Et je n’étais pas la seule. Des membres de la JRE ont été témoins, avec moi, de la difficulté de porter plainte au commissariat de Tours.

Qui peut prétendre alors que notre action ne s’inscrivait pas dans une démarche officielle mais dans le montage « d’un coup de com » ? Oui la date de la JRE était fixée au 31 mars, mais elle l’avait été bien avant « l’affaire Joué les Tours », selon un calendrier déterminé par l’équipe nationale.

Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage. Dans son réquisitoire, le procureur dit qu’un enfant de 4 ans « affabule » et que sa mère est « manipulée ». Sous-entendu : par Farida Belghoul. Cela ne tient pas.

Quand la porte-parole de la JRE arrive à Joué les Tours, la ville est déjà en ébullition. L’histoire du petit garçon en a fait le tour plusieurs fois.

Il existe même un certificat médical de l’hôpital pédiatrique de Clocheville où la mère avait conduit son enfant chez le médecin, à qui elle avait répété exactement le même récit. Mais l’examen clinique de l’enfant n’a pas été effectué. Ainsi cette mère conduisant son jeune fils à l’hôpital, reprenant une fois de plus son récit par le menu, n’a pas vu d’examen clinique effectué sous prétexte de l’agitation de l’enfant…

En tout état de cause, il faudrait aussi répondre sérieusement à la question suivante : pourquoi une mère tchéchène des quartiers populaires de Joué les Tours, en situation administrative précaire (titulaire d’une carte de séjour pour un an seulement), aurait-elle « chargé » l’institutrice de son fils en prenant de la sorte des risques énormes ?

Il y a un autre point troublant qui concerne la petite fille. En mars 2014, les femmes du quartier me disaient, lorsque j’ai cherché à la rencontrer, qu’il s’agissait d’une petite tunisienne dont la mère, sans papiers, craignait de se faire connaître. Finalement, c’est une petite portugaise qui apparaît dans le dossier.

Pour finir, je rends hommage à mon avocat, Maître Chautemps. Son plaidoyer en faveur de la légitimité de la JRE dans « une société en déliquescence » restera dans la mémoire de ce procès. Se faisant le relais, devant la justice, de notre combat pour sauver les enfants et la famille, il a su mettre en évidence toutes les contradictions et les zones d’ombre de ce dossier, y compris les motifs de nullité. Il cita avec bienveillance Dalila Hassan à plusieurs reprises. Sa plaidoirie, d’une force rare, a marqué les esprits.

Verdict : 19 mai 2016.
Vive la JRE !
Vaincre ou mourir.
Farida Belghoul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 Commentaires

  1. A aucun moment les prevenues, ni l’actuel maire de Joue-les-Tours, n’ont essaye de plaider l’erreur ni n’ont exprime un quelconque regret vis-a-vis de l’enseignante qui s’est retrouvee sous leurs accusations totalement par hasard. Rappelons qu’aucune plainte n’a ete deposee par les parents des enfants qui auraient ete concernes par les faits.

    • Vous vous trompez, ou vous mentez : la mère de l’enfant a tenté par trois fois de porter plainte dans un commissariat peu coopératif…
      Relisez l’article de la Nouvelle République intitulé : « La maman maintient ses accusations »…

  2. Mas Jean-Marie

    Bravo a Farida, Bravo a tous ceux qui s’engagent pour la défense de la famille et des valeurs séculaires. La France, enfin, son gouvernement actuel, a choisi de faire son lit dans le giron des USA et des fonctionnaires Européens. Ces gens au pouvoir détricotent avec délectation sadique tous les codes qui ont permis a ce pays d’être le phare du monde en matière de droits.
    Ces Staliniens agissent sans retenue sur la jeunesse, sur ce que nous avons de plus cher et dispensent leur ideologie mortifère.
    C’est le devoir de tout citoyen de s’opposer a l’oppression.
    France, lève toi et chasse ces marchands de mort.

  3. francis

    Quelle mauvaise foi! Quelle lâcheté! Je parle de l’élu qui a tout oublié! Quelle justice!
    Bravo Farida,
    Vaincre ou mourir c’est vraiment le cas de le dire

  4. Bishopp

    Article du jour et qui me fait penser à celle de Joué les Tours :
    http://www.rtl.fr/actu/politique/pedophilie-vingt-intervenants-de-l-education-nationale-font-l-objet-d-une-enquete-judiciaire-7782607401

     » L’institutrice en question est toujours en poste.  »

    Maintenant si vous bloquez encore mes messages, je ne participerai plus

  5. Chapi-chapo

     » Sa plaidoirie, d’une force rare, a marqué les esprits. »

    Peut-être bien que cela serait plus efficace si tout le monde en profitait un peu de cette intervention à contre-courant . C’est si rare dans ce monde corrompu et blasé ! Si rare de porter une robe mais avec le courage d’un Écossais . Tchin !, tchin !, whiskey on the rocks, Maitre Chautemps! et bravo à la Mère Courage !, une lionne défendant son petit face à la meute de ces viragos !

  6. Merci Farida
    ONLR JJJJ

  7. Moi aussi je n’y étais pas mais les prières et le coeur y étais courage le mensonge face à la vérité disparait!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  8. Le Gall

    Fabrice du portail citoyen « revolutioncitoyenne » qui dénonce les lobbies ne place passe en procès à Saint-Etienne le 5 avril…soutenons-le !

  9. Une chose m’échappe dans cette affaire de diffamation, on n’entend soit disant la petite portugaise ,mais pas le petit tchétchène ???? Plus aucun pedopsdy a été invite par le procureur a entendre toutes la classe????on lui refuse une plainte alors que le commissariat de tours est connu pour cela etndenonce par la nouvelle république ? C’est comme ci une femme violée essaie de déposer plainte a 3reprise,j’ai honte pour vous mon peuple et moi même!

    • GIRARDIN

      Oui, je pense que nous sommes très nombreux à avoir honte pour « eux » et notre peuple!!!

  10. DELVARRE NOELLE

    Merci pour votre combat que nous suivons attentivement et qui sert à tous les enfants.

  11. ciara

    Chère Farida, je suis de tout coeur avec vous ! Je n’ai pas pu me rendre à cette audience, mais je vous assure que mon coeur y était bel et bien présent !

  12. Mas Jean-Marie

    Merci a vous, Farida d’être là encore aujourd’hui. J’ai beaucoup pensé a vous ce jour du 24. J’avais appelé sur les réseaux sociaux a vous soutenir pour ceux qui pouvaient faire le déplacement. Nous avons essayé de savoir…. Alors, merci pour votre mot.
    Pour la suite, il faudra mobiliser davantage. Et démontrer aux syndicalistes gauchisants que les parents ne sont pas dupes.
    Autre demande, une université est elle prévue? Il est bon de se voir de temps a autre.
    Bravo a la JRE, Un grand merci aux parents mobilisés, et pour vous, toute ma sympathie.
    Jean-Marie Mas de Montpellier.

  13. Elieja

    Merci à Farida de nous tenir au courant des événements. Merci à tous ceux qui se sont déplacés.

    Il ressort ici un même ennemi « invisible » qui est en fait très visible dès qu’on le connait : la FRANC-MAÇONNERIE qui pourrit la fonction publique.
    _ à l’éducation nazionale
    _ dans les forces de l’ordre (ici commissariat)
    _ à l’hôpital
    _ à la « justice »
    http://www.medias-presse.info/la-franc-maconnerie-dissequee-reportage/51748

    Nous aurons besoin d’être intelligents, d’être unis (que D. nous y aide) car EUX veulent que l’on s’entre-tuent.
    A nous de nous unir avec les quartiers populaires comme dit Farida pour combattre LE véritable ennemi ici-bas, les « frères » ou plutôt fils du malin dont la fin est proche, grâce à l’Eternel.
    Merci à Farida et Dalila.

  14. Aline Garcia

    C’est clair et précis, bravo, madame Belghoul, continuez le combat! Vous êtes bien la seule à aller au front, ces temps-ci. Les intellos comme le politiques s’en tiennent à des calculs de pouvoir, et c’est le peuple qui trinque.

  15. Claude Brisset

    La seule chose que je peux dire à la lecture de ce compte rendu est la suivante : un commissariat n’a pas à refuser d’enregistrer une plainte et n’a pas à statuer sur la légitimité ou non de porter plainte.

    ….La réception de la plainte ne peut pas vous être refusée.

    C’est écrit ici : http://www.vos-droits.justice.gouv.fr/proces-penal-11923/plainte-11930/porter-plainte-20152.html

    PS : il y a une erreur de date concernant le verdict : il faut lire on s’en doutera 19 mai 2016.

    Il est évident que cette affaire sent la magouille et que la justice en la matière n’est pas sereine telle qu’elle le devrait.
    On touche là le coeur même de l’action perverse et nihiliste menée par ceux qui prétendent au gouverne-ment du peuple et de la Nation.

    Je ne doute pas de la foi inébranlable ni du courage de Farida Belghoul dans ce combat…..mais Seigneur tout puissant, accorde lui et à ceux qui avec elle sont engagés dans l’épreuve ton soutien…Ils en ont bien besoin !

    • Bishopp

      Et non ils n’ont pas le droit de refuser de prendre une plainte, sauf qu’ils prennent le gauche !
      J’ai du faire 3 commissariats pour en trouver 1 qui prenne la mienne, contre 1 enseignante ….

Trackbacks/Pingbacks

  1. Joué-lès-Tours : le verdict - La Banlieue S'exprime - […] Le tribunal de Tours vient de rendre aujourd’hui son verdict concernant l’affaire de Joué-les-Tours. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *