Vous avez dit « crâne rasé » ?

29/03/2016

Commentaires (4)

Partagez !

Un crâne rasé sur le parvis du tribunal

rubon10

Les journalistes de Libération ont l’œil, notamment celle qui a relaté le procès de Farida Belghoul à Tours, le 24 mars. Rendre compte de l’ambiance du procès sans sortir du cadre qu’elle s’était imposé dès l’introduction fut une tâche délicate : « Farida Belghoul (médiatique militante antiraciste dans les années 80, désormais proche de l’extrême droite). »

Alors, il fallait être très observateur pour confirmer cette caricature en décrivant les sympathisants de l’accusée.

            « A l’extérieur du tribunal, une poignée de sympathisants de Farida Belghoul a fait le déplacement. » Tiens, pourquoi à l’extérieur ? Tout simplement parce que les militants de Sud Education, venus soutenir leur collègue, avaient investi en nombre la salle d’audience, même si certains étaient restés eux aussi sur le parvis.

La tâche de notre journaliste était alors complexe : comment séparer le bon grain de l’ivraie ? Les porteurs de badges syndicaux n’étaient évidemment pas des partisans de l’accusée, mais les autres : des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes … Il y avait naturellement des soutiens repérables : ces jeunes femmes d’origine magrébine, ce barbu en tenue d’imam… Mais attention, terrain glissant pour une journaliste de Libé qui ne doit pas être suspectée d’islamophobie : mieux vaut trouver autre chose.

Cherchons des indices : les plus débraillés semblent être des enseignants, c’est la dernière chose qui peut leur donner l’impression d’être proches du peuple… Mais les autres ? Pas même un catho tradi facilement identifiable : soutane, crucifix … Manque de courage ? Préparation du jeudi Saint ? En tous cas ils compliquent les efforts d’objectivité des médias de gauche.

Soudain, c’est la révélation : « Un père de famille, les cheveux rasés » en voilà un qui ne peut être que d’extrême droite ! Espérons que ses déclarations seront aussi réacs que sa coupe de cheveux ! «Je suis venu la soutenir parce qu’elle lutte contre la théorie du genre et défend nos enfants.» Là, on est déçu : des valeurs de droite, sans doute, mais elles manquent un peu d’extrémisme. Pourtant la journaliste s’en satisfait, elle tient ses « cheveux rasés », c’est le principal.

Mieux valait pour elle avoir l’œil pour voir que l’oreille pour entendre. Elle aurait pu par mégarde saisir les propos de cette vieille dame aux cheveux blancs, militante d’une association familiale laïque, qui revendiquait son soutien à Farida. Ou cet enseignant retraité rappeler que Condorcet défendait déjà la liberté de l’éducation parentale contre Lepeletier de Saint-Fargeau : « … la liberté de ces opinions ne serait plus qu’illusoire, si la société s’emparait des générations naissantes pour leur dicter ce qu’elles doivent croire. »

Les journalistes savent-ils encore qui est Condorcet ? Mussolini, ils connaissent quand même et ils devraient réagir quand Farida le cite : « La transformation de l’Instruction Publique en Éducation Nationale est la plus fasciste de mes réformes » Ah oui, mais « l’égérie de l’extrême-droite » en prend le contre-pied, ça ne colle pas avec l’étiquette, mince alors ! Et ce barbu, même pas musulman qui explique à une syndiquée qu’elle fait le jeu du Capital en défendant la « théorie du genre » qui ouvre la porte à la marchandisation du sexe et de la procréation. Et de citer Illich : « «Je considère que la disparition du genre vernaculaire est la condition déterminante pour l’essor du capitalisme et d’un mode de vie entièrement soumis à la marchandise industrielle ». Diable, un « intello de gauche » ? Et s’il en demeurait encore quelques-uns parmi les lecteurs de Libé ?

Heureusement, le « crâne rasé » sauve les apparences.

Lucas Deschamps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Commentaires

  1. Patrick

    Il fallait voir, devant le tribunal, l’air narquois de certain(e)s enseignante(s) de Sud qui visiblement se fichent pas mal de savoir si les contenus d' »enseignement » qu’ils infligent aux enfants sont nocifs ou non. L’intérêt de l’enfant, ils s’en moquent, ce qui compte pour eux c’est la défense de leurs petits intérêts corporatistes. Idem pour les journalistes de gauche qui font de la propagande et servent d’idiots utiles à un pouvoir corrompu et décadent.

  2. Elieja

    On n’a pas le droit d’être pauvre sous le règne dictatorial de flamby !
    Une coupe de cheveux « homme » doit revenir à 15-20 € !!!

    Franchement, on a pas plus vite fait d’acheter une tondeuse !?

    NOOOON !!! Espèce de facho !!!!

  3. Elieja

    Les fascistes ! Eux les gauchiottes, chanteurs de tolérance, en sont descendus à « stigmatiser » comme ils disent quelqu’un qui se coupe les cheveux à raz. C’est beau.
    Ils ne savent plus sur quel pied danser… eux qui voulaient que l’on se bouffe…
    Farida nous réunit grâce à notre Père à tous, contre le mal.
    Vous n’y pouvez rien pour contrer ce mouvement.

  4. Claude Brisset

    IL va falloir expliquer à certains que la calvitie existe et est une maladie du système capillaire…..pas le marqueur d’une adhésion idéologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *